Tassement différentiel (bis)

On remarque un tassement vers l’avant des dalles sous les vérandas. Ces tassements sont visibles au niveau des joints comme sur la photo ci-dessous:

 IMG 2174

On peut aussi remarquer un tassement très important (d’environ 5 centimètres) au niveau du mur mitoyen entre deux vérandas. On peut conclure que la dalle de la véranda n’est pas fondée ou en tout cas insuffisamment. Les dalles ont donc eu un tassement vers l’avant, les murs étant posés sur la dalle mais non liés aux villas, ils ont donc suivi le mouvement de la dalle sans se fissurer mais en se séparant de manière très importante sur le haut:

 

 IMG 2176

 Les serrureries des vérandas étant fixées à la fois contre les villas et sur la dalle, elles n’ont pu résister aux tassements différentiels, elles se sont donc pliées par endroit et les parties ayant des ouvrants subissant des tensions extrêmes se sont déformées ce qui a engendré une impossibilité d’ouvrir ou fermer les parties mobiles de la véranda (portes, fenêtres) 

 

  On peut voir sur la photo ci-dessous une importante déformation au niveau de la partie supérieure de la véranda:

 IMG 2173

 Ci-dessous, on peut voir un tassement différentiel très important entre la maçonnerie de la villa et la véranda:

 

 IMG 2172

  Les travaux de reprise en sous-oeuvre étant beaucoup trop important, il serait plus simple de démolir les dalles, de les fonder de manière correcte avant de recréer de nouvelles vérandas. 

Fissures, gaines et crépi sur béton cellulaire

P1010844

Fissures ou saignées

Les fissures (comme vues dans l’image ci-jointe) ou les saignées pratiquées pour le passage des différents tuyaux et câbles doivent être bouchées avec du mortier de ragréage pour béton cellulaire et non avec du mortier de maçonnerie ordinaire.

 

Crépir sur du béton cellulaire

Arroser très copieusement le mur avant de faire le gobetis à la chaux
Faire un gobetis à la chaux hydraulique naturelle
Il faudra laisser le gobetis tirer pendant plusieurs heures avant de pouvoir appliquer les couches suivantes
Chaque couche de crépi (dégrossissage et crépi) devra avoir une épaisseur d’au minimum un centimètre. Il y aura lieu de laisser le mortier tirer pendant deux ou trois jours entre chaque couche (selon les conditions météorologiques). Il faudra ensuite retirer le surplus à l’aide d’une règle en aluminium.
Pour la couche finale, il ne faudra pas laisser entièrement tirer la couche précédente, le mortier devra être plus gras et le sable plus fin.
L’enduit acquerra sa dureté définitive au bout d’un mois environ.

NB

Lors de l’édification d’un mur recouvert d’enduit, la règle générale à respecter est que, partant de l’intérieur vers l’extérieur, les matériaux devront être toujours plus élastiques, moins résistants à la compression et plus perméables à la vapeur d’eau. On évitera ainsi les tensions entre les différentes couches d’enduit et à la surface entre la couche de séparation de l’enduit d’avec son support.